6 Pays où les cryptos sont illégales

Chaque année, de nombreuses personnes adoptent les cryptomonnaies pour faire du trading, les stoker ou pour d’autres raisons. Dans le monde, on compte plusieurs personnes qui se sont enrichies grâce à ces monnaies virtuelles. Ces données montrent combien les cryptomonnaies ont la cote. Cependant, en dépit de l’intérêt que suscitent les projets cryptographiques, ils ne sont pas les bienvenus dans tous les pays. C’est ainsi que sur certains territoires, ils sont carrément interdits. Voici donc un catalogue non exhaustif des pays où les cryptomonnaies sont illégales.

L’Ouzbékistan

L’ouzbékistan est un pays du continent asiatique. Autrefois, l’échange des crypto-monnaies ainsi que l’utilisation de leurs plateformes étaient autorisés en Ouzbékistan. Par des décrets présidentiels, les autorités administratives compétentes d’Ouzbékistan avaient permis à leurs citoyens d’exploiter les monnaies virtuelles sur leur territoire.

Mais le 06 décembre 2019, les autorités ouzbèkes revinrent sur leur décision et interdirent l’utilisation de ces monnaies. Désormais, l’utilisation de ces pièces est considérée comme illégale en Ouzbékistan. Toutefois, avant que cette norme ne soit mise en vigueur, un temps fut accordé à ceux qui détenaient ces monnaies pour s’en débarrasser.

Le Burundi

Le Burundi est un pays de l’Afrique centrale. Depuis septembre 2019, le Burundi a déclaré illégales toutes les activités impliquant les monnaies virtuelles. Il n’est donc plus question d’utiliser les monnaies numériques sur le sol burundais. Le motif évoqué par les autorités burundaises par rapport à cette décision est de garantir la protection de leurs citoyens. Elles avancent que les crypto-monnaies ne sont réglementées par aucune institution. Ces monnaies sont très volatiles et entraînent des pertes économiques pour leurs citoyens. En cas de pertes ou de fermeture des plateformes de crypto-monnaies, il n’existe aucune voie de recours légale pour obtenir réparation. Telles sont les raisons évoquées par les autorités burundaises. Les cryptomonnaies étant interdites en Burundi, vous n’aurez certainement pas la possibilité d’accéder à la plateforme de trading de crypto bitalpha ai depuis ce pays.

Le Bangladesh

Le Bangladesh est un pays situé au sud de l’Asie. Depuis 2014, l’utilisation du Bitcoin est interdite sur le territoire de ce pays. Les contrevenants s’exposaient à une lourde peine d’emprisonnement. Cette orientation du pays face aux cryptomonnaies sera confirmée trois ans plus tard, par la banque centrale. Toutefois, en dépit des mises en garde, les citoyens du Bangladesh ont continué d’investir dans les cryptomonnaies jusqu’en 2018, année où il est annoncé que les utilisateurs de ces monnaies virtuelles feraient l’objet d’une poursuite judiciaire.

L’Algérie

En Algérie, les autoritésconsidèrent les crypto-monnaies comme source de plusieurs problèmes de société, dont le blanchiment d’argent. Ce raisonnement est dû au fait qu’il n’existe aucune traçabilité en ce qui concerne les échanges de monnaies virtuelles.

Ainsi,la loi des finances de 2018, interdit l’utilisation de toute forme de monnaie virtuelle sur le territoire algérien. Les citoyens ne doivent, de ce fait, ni posséder ni effectuer des transactions en cryptomonnaies. La cryptomonnaie n’est donc pas légale en Algérie.

Le Pakistan

Les crypto-monnaies dans ce pays de l’Asie méridionale ne sont régies par aucune loi. Cependant, par une circulaire de State Bank of Pakistan, l’investissement dans les crypto-monnaies fut interdit. Cette banque ne considère notamment, pas le trading de cryptomonnaie comme une activité légale.

Les autorités pakistanaises estimaient qu’investir dans les cryptomonnaie comporte des risques élevés. Ces monnaies, d’après elles, ne sont pas fiables en raison de leur volatilité. Interdire l’investissement dans les crypto-monnaies fut donc leur option pour lutter contre les risques liés à ces monnaies virtuelles.

Le Qatar

Le Qatar est un pays de l’Asie occidentale. Pour lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, ce pays va emprunter les mêmes voies que l’Ouzbékistan. En décembre 2019, les autorités qataries, par une décision rendue par le Qatar Financial Center (QFC), ont déclaré les crypto-monnaies illégales sur leur territoire.

Toute forme d’utilisation des crypto-monnaies dans ce pays est donc contraire aux textes en vigueur.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.