Histoire de l’acide hyaluronique en médecine

L’acide hyaluronique a été découvert en 1934 et utilisé pour la première fois à des fins commerciales en 1942, lorsque le scientifique hongrois Endre Balazs a utilisé les techniques de Meyer pour synthétiser l’acide des crêtes des coqs. Intéressé par le composé, il a breveté la première utilisation de cet acide : le succédané de blanc d’œuf dans les produits de pâtisserie.

Bref historique de l’acide hyaluronique : de la pâtisserie à l’esthétique

1934 : découverte scientifique

MeyerEn 1934, le pharmacien allemand Karl Meyer et son collègue John Palmer, médecins de l’Université de Columbia (New York), parvinrent à isoler dans le laboratoire d’ophtalmologie de l’Université une substance jusque-là inconnue du corps vitré des yeux des vaches.

Ils ont alors découvert que cette substance contenait deux macromolécules de sucre et que l’une d’elles était l’acide uronique. En conséquence, ils ont décidé de l’appeler acide hyaluronique d’après les mots hyaloïde (vitreux) et acide uronique.

La substance, qui a aidé l’œil à conserver sa forme, était extrêmement visqueuse, ce qui a amené Meyer à soupçonner qu’elle pourrait avoir un usage thérapeutique. Cependant, son extraction à partir des yeux des vaches n’était pas commercialement faisable.

1942 : utilisation commerciale en confiserie

L’acide hyaluronique a été utilisé pour la première fois à des fins commerciales en 1942, lorsque le scientifique hongrois Endre Balazs a utilisé les techniques de Meyer pour synthétiser l’acide des crêtes des coqs, qui demeure l’une des sources les plus rentables d’acide hyaluronique aujourd’hui.

Intéressé par le composé, il a breveté la première utilisation de cet acide : le succédané de blanc d’œuf dans les produits de pâtisserie.

Balazs a réalisé la plupart des découvertes hyaluroniques au cours des cinquante dernières années, ayant été récompensé pour sa carrière à de nombreuses reprises et même nommé d’après les prix de l’International Society for Eye Research.

1996 : la deuxième découverte : la cosmétique

Plus de 60 ans après sa découverte par Meyer et Palmer, son utilisation en cosmétique et en médecine esthétique l’a amené à prendre une grande importance dans le secteur, représentant un boom économique.

L’application de l’acide hyaluronique dans les traitements esthétiques et esthétiques est due au fait que sa principale propriété est d’augmenter le volume et l’hydratation de la peau, lui donnant un aspect beaucoup plus lisse et radieux.

La croissance a été si forte que non seulement l’industrie cosmétique et pharmaceutique participe à sa production, mais aussi l’industrie agro-alimentaire.

Ceci s’explique par le fait que l’acide hyaluronique ne peut pas être obtenu par synthèse, mais par des techniques de bio-ingénierie (par un processus de fermentation bactérienne de l’acide urique), ou en l’extrayant de différentes sources naturelles (qui est généralement la méthode la plus courante).

Les principales sources naturelles d’acide hyaluronique sont les crêtes de la nageoire de coq, les nageoires de requin, les articulations vaccinales, les résidus de traitement du poisson (intestins, yeux) et le cordon ombilical.

La source la plus bénéfique est la crête des coqs car, en plus d’être essentiellement une grande surface de peau qui augmente sa concentration en acide hyaluronique en réponse à la testostérone, c’est une partie de l’animal qui, après sa mort, est rejetée.

Il peut également être obtenu à partir de poules, mais dans une moindre mesure.

Bien que l’humeur vitreuse et le liquide synovial dans les articulations des bovins soient une autre source importante d’acide hyaluronique, le problème de la vache folle a affecté leur fiabilité d’origine.

Utilisation en médecine esthétique

Ces dernières années, la biotechnologie a été utilisée pour développer des dérivés de l’acide hyaluronique ayant des dimensions moléculaires spécifiques afin d’améliorer encore leurs fonctions et leurs applications.

Les chercheurs affirment que ces produits peuvent également être bénéfiques dans le traitement d’autres altérations cutanées caractérisées par l’atrophie et la perte de collagène, comme la lipodystrophie causée par le VIH ou par l’utilisation de traitements topiques aux stéroïdes.

Ce développement et cette fabrication de composés dérivés conduisent au dépôt de nombreux nouveaux brevets dans le monde entier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *